NEWSLETTER

Les Carnets du sous-sol


D’après Fiodor Dostoïevski
Adaptation et mise en scène de Benoît Verhaert

Du 14 mai 2019 au 29 mai 2019

Salon de Théâtre, Tourcoing [F]

• lundi, mercredi et jeudi à 19h30
• mardi et vendredi à 20h30
• samedi à 17h00
• relâche les dimanches

Réserver / s'abonner

 

Production : Le Théâtre de la Chute (Bruxelles)
Avec : Benoît Verhaert, Céline Peret
Création lumières : Matthieu Kaempfer
Création sonore : Samuel Seynave
Durée du spectacle : 1h20 sans entracte
Chaque jeudi, rencontre avec l’équipe artistique à la fin de la représentation


Phototèque


Souffrant d’une misanthropie pathologique, un homme s’est retiré du monde. Depuis vingt ans dans sa cave, cet homme-rat ressasse sans cesse le souvenir de l’échec de sa vie : une femme, une rousse flamboyante, une brebis égarée qu’il aurait tant voulu ramener dans le troupeau...

Cette adaptation d’une nouvelle de Dostoïevski qu’André Gide considérait comme la clé de voûte de l’oeuvre de l’écrivain russe, sera présentée dans une scénographie résolument originale et offrira par son cadre une soirée totalement surprenante, surtout pour les habitués du Salon de Théâtre. Accompagné sur scène par Céline Peret, Benoît Verhaert déploie une énergie étourdissante dans l’interprétation juste et saisissante d’un personnage rageur, tourmenté et bourré de contradictions.



La presse en parle

La rencontre entre les deux comédiens - leurs contrastes, la froideur de l’une, la douleur colérique de l’autre, - dégage une force réelle, une bouffée d’air dans cette atmosphère oppressante qui ne laisse pas indifférent. Une occasion intime et intéressante de se frotter à nouveau à l’œuvre de l’immense Dostoïevski.
La Libre Belgique

On a dit de cette nouvelle de Dostoïevski qu’elle était le « laboratoire » des grands romans de la maturité. Et, en effet, à travers ce portrait d’un écrivain tourmenté, on lit déjà en filigrane les obsessions de l’auteur, coulées dans une forme originale et une écriture puissante. Merci à Benoît Verhaert et ses complices de nous en transmettre la force et la modernité
RTBF