NEWSLETTER

Chotteau dit Maupassant


Contes de Guy de Maupassant
.
dits par Jean-Marc Chotteau
.
Création La Virgule
.
.
Spectacle proposé à l’abonnement
.

Du 6 octobre 2022 au 21 octobre 2022

Salon de Théâtre, Tourcoing [F]

.
• mardi, mercredi, jeudi et vendredi à 20h00
• samedi à 17h00
• relâche dimanche et lundi
.
Rencontre avec l’équipe artistique les mercredis et jeudis à la fin de la représentation
.
Représentations scolaires à 14h, les mardis, jeudis et vendredis avec un choix de textes au programme des collèges
.
Locations ouvertes à l’abonnement
Ouverture des locations hors abonnement le 19 septembre à 14h

.

Réserver en ligne

 

Production : La Virgule, Centre Transfrontalier de Création Théâtrale
.
Conception et interprétation : Jean-Marc Chotteau
.
Lumière : Éric Blondeau
Régie : Charly Caure
.
Durée du spectacle : 1h25 sans entracte environ


Dans cette période triste de confinement où les acteurs se trouvaient séparés de leur public, Jean-Marc Chotteau avait proposé, comme pour garder le contact, des rendez-vous sur YouTube, grâce à des connexions en direct où il donnait à entendre un choix des meilleurs et plus captivants Contes de Maupassant. Le succès fut tel qu’une fois les interdictions sanitaires levées, il n’eut qu’une envie : celle de retrouver cette « connexion », mais cette fois de façon vivante, pour partager sur une scène avec des spectateurs, dans des lectures-spectacles, ces formidables histoires.
Sur la scène, Chotteau mettra au service de cette œuvre immense son talent de conteur et, dans la simplicité d’une mise en scène agréablement ponctuée de quelques notes musicales contemporaines à Maupassant, il nous fera voyager des champs à la ville, des bocages normands aux salons parisiens, avec des histoires colorées et pittoresques, comiques ou émouvantes, parfois grivoises, inspirées de la vie des paysans, des fonctionnaires, des grands bourgeois… Souvent des faits divers, mais qui rejoignent l’universel, et qui nous touchent au plus profond. Car c’est la nature humaine dans son infinie diversité qui défile devant nous, oscillant sans cesse entre comédie et tragédie, avec la distance salvatrice d’un humour noir féroce et libérateur.



.
NOTE D’INTENTION DE JEAN-MARC CHOTTEAU

Maupassant : une invitation à l’addiction

« Près d’un siècle et demi avant Netflix, il est un auteur qui provoque la plus inévitable des addictions, mais de celles, heureusement, dont on ferait bien de ne pas se soigner. Comme des milliers de lecteurs à travers le monde, je l’ai vécue à mes dépens - mais pour quel infini plaisir ! -, il y a deux ans, pendant le Covid. Je ne parle pas de ces grands feuilletonistes comme Balzac ou Sue. Non, celui dont je parle écrivait de très courtes histoires avec chacune leur début et leur fin, mais il s’est avéré pour moi difficile d’en sortir dès lors que j’eus plongé dedans. Et il en écrivit plus de 300 !
Maupassant. Maupassant, qu’il faut lire et relire. Certes la simplicité n’est plus forcément à la mode. On ne le met plus au Panthéon de nos grands écrivains. Et sur les plages on voit sortir les pavés plutôt que des histoires de dix pages, - ils peuvent servir d’oreiller ! C’est vrai, quelques-uns de ses contes sont enseignés à l’école, mais il n’est pas impossible que ce succès-là l’ait desservi. Et pourtant c’est peut-être le summum du style et du grand art que de savoir prendre le temps de faire court. « Je n’ai fait cette lettre-ci plus longue que parce que je n’ai pas eu le loisir de la faire plus courte.  » Cette boutade profondément juste, signée Blaise Pascal, je crois que tout auteur devrait la méditer.
D’ailleurs la simplicité de Maupassant n’est qu’apparente, car son œuvre prête à de multiples niveaux de lecture. Il écrivait : « il n’est pas besoin d’un vocabulaire compliqué pour fixer toutes les nuances de la pensée.  » Encore fallait-il posséder ce talent de visionnaire : « Voir, tout est là, et voir juste.  » confiait-il à son ami Flaubert.
C’est parce que Maupassant voit et donne à voir que son œuvre est quasi cinématographique, et qu’elle inspire une multitude de grands cinéastes. Mais elle est avant tout une œuvre qui se lit à haute voix, qui se raconte, qui se dit.
Je veux donc vous dire Maupassant, comme si je voulais vous emmener au cinéma. Mais pas de décor, ou si peu, un fauteuil sur un tapis, une lampe sur un guéridon, un livre, et vous et moi, comme nous aurions pu l’être, ensemble, à la veillée. Mais c’était une autre époque.
Chaque soir, je vous lirai quelques-uns des 37 contes que j’ai sélectionnés et préparés pour vous, et dont le choix pourra varier d’une représentation à l’autre, en fonction de mon humeur, de la vôtre, du temps qu’il fait, ou de ce qui se passe en France et dans le monde.
Vous allez avec moi vous émouvoir et rire, accompagner le Maupassant des villes et le Maupassant des champs, et assister finalement au spectacle de la nature humaine, observée et peinte sans excès de fards, mais que j’accompagnerai cependant, bien que l’auteur de Bel-Ami détestât la musique, de quelques ponctuations musicales de compositeurs qui lui étaient contemporains. (On dit même qu’un soir à un concert de Massenet, chaque fois que le chanteur soupirait entre deux notes, il jetait un sou !)
Ces contes qu’il nous donne à voir, il nous les livre parfois avec une certaine cruauté, et pour le moins avec une implacable lucidité (et son monde n’a pas les couleurs de bluettes !). Mais s’il ose cette méchanceté, c’est presque toujours avec une tendresse sous-jacente et de la drôlerie, ou tout au moins avec cet humour coloré qu’on qualifie injustement de noir. On oublie que Maupassant déclenche souvent un rire franc et libérateur. À ce juste titre, un des réalisateurs qui ont porté Maupassant à la télévision, Jacques Santamaria, le comparaît à Molière. Je suis d’accord.
Car son rire donne à réfléchir. Les fins de ses contes (leurs « chutes » comme on dit au théâtre) tombent comme des couperets pour un rire ou une larme mais ouvrent un vaste espace qui sollicite la réflexion, le commentaire, et si vous le voulez bien, nous aurons vous et moi, si vous le désirez, ces moments d’échange.
Je vous promets de vous régaler avec ces histoires d’amours et d’amants, de militaires et d’espions, d’orphelins et d’héritiers, de pêcheurs et de chasseurs, de comtesses et de filles de joie, de martiens (oui, oui !), de perroquet qu’on étrangle, de verre pilé dans un gâteau, de fantômes, de diables, de parties de campagnes et de parties coquines…
Tout un monde ! Le monde ! Celui de Maupassant le désespéré, où rien n’est drôle, mais où tout est farce…
… Et où les voyages que nous ferons ensemble seront autant de remèdes contre la mélancolie. »

J.M.C