NEWSLETTER

Mélange 2 temps


de et par BP Zoom

Du 15 juin 2017 au 16 juin 2017

Centre Marius Staquet, Mouscron [B]

• jeudi à 19h30
• vendredi à 20h30 COMPLET

Réserver / s'abonner

 

Production : Temal Productions (Paris)
Avec : Bernie Collins, Philippe Martz
Prix du meilleur spectacle étranger : Buenos Aires, 2009
1er Prix Festival International de Clown : Barcelone, 2000
Prix spécial du Jury - Performances d’Acteur : Cannes, 1998
Durée du spectacle : 1h15 sans entracte
Jeudi 15 juin, rencontre avec l’équipe artistique à la fin de la représentation


Vidéo

C’est un spectacle à la fois poétique, émouvant et hilarant, enlevé par un duo épique de comédiens-clowns, que La Virgule est heureuse de présenter, pour conclure cette saison.
Mister B, autoritaire et raisonnable, et Mister P, lunaire et maladroit, sont deux personnages intemporels, deux énergumènes qui adorent se détester. Tout semble les opposer, mais une fragilité commune les réunit toujours, cette sensibilité qui touche au cœur et chatouille les zygomatiques.
Dans ce spectacle qui connaît depuis plusieurs saisons un formidable succès, l’action la plus banale devient un tableau drôle et enchanteur : un trajet de nuit en voiture se transforme en une virée rocambolesque ; une vieille boîte en carton se fait montgolfière pour un pique-nique au-dessus de Paris ; l’installation d’un simple micro prend des allures d’aventure homérique ; quand le plateau ne se transforme pas simplement en un aquarium féérique peuplé d’étranges poissons.
Faisant montre d’un égal talent de clowns, de mimes, de joueurs de cuillères, de danseurs, et de bien d’autres prouesses encore, les BP Zoom régalent notre soif d’émerveillement et titillent notre âme d’enfant.



« Il arrive parfois qu’un mot, un bruit, un parfum suscite en nous une image, nous ramène tout à coup à un passé oublié. De la même manière, l’évocation du clown, souvent, nous replonge confusément dans un mélange de souvenirs d’enfance, clichés dont on ne sait plus trop s’ils sont empruntés à notre propre existence, aux pages de quelque livre feuilleté un jour et qu’on a oublié, ou aux affiches d’un cirque inconnu collées sur les platanes qui bordent la route des vacances et qui, à force de nous sauter aux yeux finissent par s’imprimer dans notre esprit. On se prend soudainement à fouiller dans ses propres souvenirs et à en ressortir pêle-mêle : qui une pure émotion d’enfance, qui un spectacle de cirque dont on ne sait plus si c’était en colonie de vacances un jour ou à la télé peut-être, qui l’image d’un ballon s’échappant dans le ciel en vous faisant éclater en sanglots, qu’importe ! On se fait son histoire de clown et tant pis si les images sont si lointaines qu’elles en paraissent improbables, comme sorties de l’imagination fertile d’un bambin insouciant. Sans doute est-ce dans l’espoir secret de faire ressurgir ces belles réminiscences, de les vivre encore un peu, de les partager et de les perpétuer que toujours nous voulons revenir sur la piste, sur la scène, enfin dans la lumière, cette lumière qui fait briller les clowns. Car voilà : nous sommes clowns et nous voulons rêver, et nous voulons partager nos rêves. » BP Zoom

BP Zoom est comme l’air d’une chanson dont on ne connaît pas le nom et que l’on se surprend à partager, deux personnages intemporels et récurrents qui font surgir drôlerie et poésie d’un geste banal ou de la situation la plus anodine. Depuis sa création le duo n’a cessé de façonner ses personnages et de les éprouver sous toutes ses formes : théâtre, music-hall, cabaret, en France et à l’étranger, avec le souci d’amener le clown précisément là où on ne l’attend pas. Le duo burlesque s’est forgé autour de quelques références : Buster Keaton, Jacques Tati, en passant par les Monty Pythons. Avec quelques idées forces aussi : réduire la parole et les artifices scéniques à leur plus simple expression, et par le rythme des corps et la complexité du geste, révéler la drôlerie et l’incongruité des attitudes humaines mais aussi leur aptitude au rêve et à la poésie. Le duo emprunte au théâtre de geste et de mouvement, au clown, au théâtre d’objet, et à la musique pour exprimer son univers artistique.



Bernie Collins
Né à New York en 1956, à 18 ans Bernie Collins fuit la conscription pour la Guerre du Vietnam en rejoignant un cirque pour y faire le clown. Arrivé en France, il suit les cours de l’École Lecoq. Il poursuit depuis près de 40 ans un parcours de clown jalonné de multiples rencontres et collaborations. Il a parfois joué pour le cinéma, notamment dans Effroyables jardins de Jean Becker.

Philippe Martz
Philippe Martz se forme dans les années 80 au cours Simon, à l’École Jacques Lecoq, à l’Actors Studio et à l’École Philippe Gaulier. Depuis, il joue et met en scène de nombreux spectacles de clown et de cabaret. Il joue aussi régulièrement au théâtre, entre autres aux côtés de D. Auteuil et E. Béart dans La Double inconstance de Marivaux, et de M. Bouquet dans Le Malade imaginaire. Il enseigne son art à l’occasion de stages professionnels et de masterclass au Samovar à Bagnolet et partout à travers le monde.

Ils se rencontrent en 1992 et forment le duo BP Zoom. En 1997, ils créent un premier spectacle éponyme. Suivront deux autres créations : What a wonderful world et, pour les 20 ans de leur duo, Mélange 2 temps. De festivals en tournées mondiales, ils ont joué ensemble plusieurs centaines de représentations, la longévité extraordinaire du duo n’ayant d’égales que la fraîcheur et la poésie qui, chaque fois, émane de leur rencontre.



La presse en parle

Il y a du Buster Keaton mâtiné d’un "Tati-Groucho-Marxéisé"...un pur moment de Théâtre clownesque.
Arts de la piste

...même l’installation d’un simple micro tourne au délire.
Télérama

Il s’agit d’une très poétique violence, d’une tendresse inattendue. C’est exemplairement réussi.
Le Figaro

À découvrir d’urgence !
L’Express