NEWSLETTER

L’ÉCOLE DES FEMMES


De Molière
Mise en scène de Jean-Marc Chotteau

Du 20 novembre 2018 au 25 février 2019

Mardi 20 novembre 2018 à Comines-Warneton [B]
Centre Culturel de Comines-Warneton
Vendredi 23 novembre 2018 à Mons-en-Baroeul [F]
Salle Allende
Vendredi 11 janvier 2019 à Hénin-Beaumont [F]
L’Escapade
Jeudi 17 janvier 2019 à Saint-Quentin [F]
Théâtre Jean Vilar
Dimanche 24 et lundi 25 février 2019 à Montreuil-sur-mer [F]
Théâtre de Montreuil-sur-Mer


 

Création : La Virgule (Mouscron-Tourcoing)
Coproduction : Franche Connexion (Montigny-en-Gohelle), Compagnie Joker (Lille), Compagnie Triple AAA (Lille), Centre Culturel de Mouscron, Centre Culturel de Comines-Warneton
Avec : Aurélien Ambach-Albertini, Jean-Marc Chotteau, Julie Duquenoy, Éric Leblanc, Barbara Monin, Stéphane Titelein, Arnaud Devincre, Lionel Quesnée, Philippe Sinnesael
Scénographie et costumes : Renata Gorka
Création lumière et régie : Éric Blondeau
Assistanat à la mise en scène : Carole Le Sone
Durée du spectacle : 2h30 entracte compris


Phototèque


C’est un rêve qui se réalise pour Jean-Marc Chotteau : pouvoir monter L’École des femmes de Molière, la pièce qui connut du vivant de Molière le plus considérable de ses succès, malgré la haine qu’elle suscita chez les religieux et les critiques des pisse-froid moralistes. Qu’importe, « les rieurs sont de mon côté » leur répondit Molière.
Oui, la pièce fait rire, et encore aujourd’hui. Mais comme les autres « grandes comédies » de Molière, elle nous provoque et fascine par sa clairvoyance, son audace et sa modernité.
Plus que jamais, à notre époque des #metoo et #balancetonporc, sa dénonciation implacable de la misogynie et de la soumission féminine devait, pour Jean-Marc Chotteau, se faire entendre auprès du plus vaste public. C’est cela qui le détermina à mettre en scène ce chef d’œuvre et à endosser, aux côtés d’une solide distribution de huit acteurs, le rôle d’Arnolphe, qu’il voit à la fois ridicule et pathétique. Maladivement obsédé par l’idée du cocuage, ce vieux barbon a fait élever à l’écart du monde, dans un couvent et l’ignorance la plus totale, une jeune fille au nom d’Agnès, qu’il veut épouser. La précaution s’avèrera vite inutile et la comédie prendra sublimement des allures de tragédie.

Note d’intention du metteur en scène :

« Il est des rôles que tout acteur souhaite, me semble-t-il, incarner. Pour moi, Arnolphe faisait depuis longtemps partie de ceux-là. Déjà au Conservatoire il me faisait rêver. Mais il me fallait attendre quelques dizaines d’années pour pouvoir approcher l’interprétation de ce vieux barbon séquestrant une jeune fille d’au moins vingt ans sa cadette, différence d’âge qui était celle-là même de Molière et d’Armande, sa très jeune femme, qui interprétait Agnès auprès de lui, qui était Arnolphe. Sans nul doute Molière devait connaître à la fois les transports du jeune et séduisant Horace, dont Agnès tombe innocemment amoureuse, et les affres de la jalousie du bourgeois tyrannique. C’est cet aspect autobiographique, qui confère au rôle son ambivalence, sa complexité, son jeu qui oscille du plus parfait ridicule au pathétique le plus profond… Quel régal !

Mais le seul plaisir de jouer un tel personnage ne suffit pas à décider un metteur en scène. Il lui faut d’autres motivations, moins personnelles, liées aux émotions, aux rires, en un mot au plaisir que la pièce suscitera chez le public, mais surtout aux questions qu’elle éveillera chez lui, sur son temps, sur ses mœurs, ses passions ou ses colères.

Et, sans nul doute, L’École des femmes se fait entendre aujourd’hui comme jamais. Voilà donc 356 ans, un homme de génie de 42 ans nommé Jean-Baptiste Poquelin se mit à rire de ses propres tourments conjugaux mais surtout de lui-même, en dénonçant l’état de servitude où les hommes, imprégnés d’une conception patriarcale du mariage, ont tendance à tenir leurs femmes, faisant d’elles leur objet, leur possession, craignant qu’elles ne s’émancipent, s’instruisent, ou se rebellent. En écrivant et en jouant Arnolphe, Molière le « balance » sans ménagement aux yeux de son public, qui s’esclaffa, s’indigna et, certainement, pensa tout bas ce qui ne s’écrivait pas encore « hashtag moi aussi »…

Il est temps de ne plus penser tout bas et de parler haut. Molière le fait et ma mise en scène veut s’en faire l’écho, sans gommer le poids encore tristement actuel des religions comme freins à l’émancipation féminine. N’est-ce pas sur le modèle des dix commandements, que Dieu édicte à l’attention du peuple Hébreu, qu’Arnolphe fait lire à Agnès son catéchisme du mariage ? N’emploie-t-il pas le langage du terroriste quand il promet l’enfer et ses « chaudières bouillantes où l’on plonge à jamais les femmes mal vivantes  » ?

Mais, pour servir au plus haut niveau d’exigence ce chef d’œuvre, encore fallait-il répondre à une autre exigence : celle de pouvoir s’entourer d’une équipe solide, brillante oserai-je dire, capable de saisir au plus profond la pensée de Molière, de dire ses alexandrins dans un respect formel qui n’exclut pas le souci de le faire entendre à un public d’aujourd’hui, de se sentir à l’aise dans le basculement incessant de séquences franchement comiques et d’autres aux accents tragiques.

J’ai trouvé cette équipe, comédiens, scénographe, éclairagiste, et je peux donc oser m’attaquer à ce monument de l’histoire du théâtre français dont j’ai eu la chance de voir ou d’entendre une multitude d’interprétations aussi différentes que celles de Jouvet, Roussillon, Galabru, Vitez, Bezace, Schiaretti… Sans avoir la prétention d’ajouter la mienne à une longue liste de noms prestigieux, je veux désormais apporter sur cette pièce mon propre regard, celui d’un homme reconnaissant vis-à-vis de celui qui ouvrit la voie à ce théâtre « qui corrige les mœurs en faisant rire » et toucher : Molière. »

Jean-Marc Chotteau


Extrait de la pièce


ARNOLPHE :
Le mariage, Agnès, n’est pas un badinage.
À d’austères devoirs le rang de femme engage :
Et vous n’y montez pas, à ce que je prétends,
Pour être libertine et prendre du bon temps.
Votre sexe n’est là que pour la dépendance.
Du côté de la barbe est la toute-puissance.
Bien qu’on soit deux moitiés de la société,
Ces deux moitiés pourtant n’ont point d’égalité :
L’une est moitié suprême, et l’autre subalterne :
L’une en tout est soumise à l’autre qui gouverne.
Et ce que le soldat dans son devoir instruit
Montre d’obéissance au chef qui le conduit,
Le valet à son maître, un enfant à son père,
À son supérieur le moindre petit frère,
N’approche point encor de la docilité,
Et de l’obéissance, et de l’humilité,
Et du profond respect, où la femme doit être
Pour son mari, son chef, son seigneur, et son maître.