NEWSLETTER

Juste encore assez de lumière


pour les plantes d’intérieur
.
création collective Rien de Spécial
.
.
Spectacle proposé à l’abonnement
.

Du 3 mars 2022 au 4 mars 2022

Théâtre Municipal Raymond Devos, Tourcoing [F]

.
• jeudi et vendredi à 20h
.
L’accès aux salles de La Virgule est actuellement conditionné à la présentation d’un pass sanitaire indiquant un schéma vaccinal complet contre la COVID-19 ou un test négatif à la COVID-19 de moins de 72h. Il est également demandé aux spectateurs de porter un masque dès leur entrée dans l’enceinte du théâtre et de le conserver pendant toute la durée de leur présence dans nos espaces.

Réserver / s'abonner

 

Production : Rien de Spécial ASBL (Bruxelles)
Coproduction : Théâtre Varia (Bruxelles), La Coop asbl (Bruxelles), Shelter Prod
Avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles-Service du Théâtre. Avec le soutien de Mars-Mons Arts de la Scène, de la Maison des Cultures de Saint Gilles, de taxshelter.be, ING et du tax-shelter du gouvernement fédéral belge
.
Conception et jeu : Alice Hubball, Marie Lecomte, Hervé Piron, Baptiste Sornin
.
Création lumière : Laurence Halloy
Création son : Maxime Bodson
Scénographie : Silvio Palomo
Création costumes : Silvio Palomo
assisté de : Odile Dubucq
Direction technique : Benoît Pelé
Collaboration artistique et regard extérieur : Julien Fournet
Assistanat à la mise en scène : Médéa Anselin
Crédit phot visuel : François Schulz
.
Durée du spectacle : environ 1h30 sans entracte
.
Tout public à partir de 13 ans.


Phototèque


Depuis 1975, le Q.I. moyen de la population baisse de 2 points par décennie. Les membres du collectif Rien de Spécial, tous et toutes nés après 1975, se sentent particulièrement concernés par le problème. Usant de leur science du décalage et du second degré, ils tentent de l’affronter dans une dystopie désopilante, un spectacle à tiroirs qui joue avec les perceptions du spectateur.
Armé d’une irrévérence féroce sur nos travers contemporains, Juste encore assez de lumière pour les plantes d’intérieur interrogera avec autodérision ce qui nous « rend bêtes ». Dans une mise en scène qui ne s’interdira pas de malmener la confortable bienséance des conventions théâtrales, quatre comédiens feront de l’Homme l’objet d’étude d’un loufoque museum d’histoire naturelle. Avec malice, ils s’essaieront à l’analyse des mécanismes sociaux, politiques, psychologiques, biologiques et technologiques qui semblent paralyser notre intelligence, notre sensibilité, notre faculté à nous positionner réellement.
Téméraires, les membres du collectif se lancent dans une rétrospective de l’évolution de l’intelligence du Sapiens. Il se peut qu’en route ils se perdent, passent de l’autre côté du miroir légèrement déformant qu’ils nous tendent, et fassent disparaître l’humanité dans l’abstraction la plus totale…



.
JUSTE ENCORE ASSEZ DE LUMIÈRE POUR LES PLANTES D’INTÉRIEUR

Face au constat paradoxal que l’humanité s’abêtirait alors qu’elle était supposée vouée à un progrès continu, le collectif Rien de spécial se propose de nous faire remonter le temps, jusqu’aux origines de l’humanité, pour tenter de trouver les racines de notre inextinguible bêtise !
Il se projette dans un monde, fortement inspiré de la réalité, où les acteurs seraient entourés d’abrutis, sans être eux-mêmes particulièrement brillants… Un monde où il resterait juste encore assez de lumière pour les plantes d’intérieur.
Imaginez le théâtre dans un futur très proche, où la capacité de concentration de chacun et chacune serait ultra-limitée, les centres d’intérêts d’une futilité affligeante, et où les “autour du spectacle” auraient fini par prendre le pas sur la représentation elle-même.
Imaginez un spectacle qui commence par la fin, par un débriefing, histoire de s’assurer que le public a bien compris. Imaginez des scènes avortées, des acteurs et actrices devant sans cesse faire face à des interventions intempestives. Imaginez un monde où l’on n’arrive plus à imaginer.
A quel moment a-t-on basculé dans un tel abrutissement général ?
À rebours des discours passéistes, convaincu que l’intelligence, comme la vie, ne capitule jamais mais s’adapte aux obstacles et à son milieu, se métamorphose, et fort de la puissance comique de la bêtise, le collectif explorera également les nouvelles formes d’intelligences individuelles et collectives.

«  Nous ne viendrons certainement pas à bout de la bêtise contemporaine avec ce spectacle, mais nous en rirons avec les spectateurs et la rendrons, pour un moment, un peu moins pesante. »
Collectif RDS



.
COLLECTIF RIEN DE SPÉCIAL

Comédiens et amis de longue date, Marie Lecomte, Alice Hubball et Hervé Piron créent le collectif Rien de Spécial en 2011. À l’origine, une envie paradoxale : interroger la banalité et l’ordinaire au moyen d’un art habituellement réservé à l’extra-quotidien, le théâtre. Ils proposent une vision cartésienne, clinique, de nos existences contemporaines, mettant en avant la solitude, le matérialisme, l’uniformisation et le culte de l’image. Attentifs à la forme, ils envisagent chaque création comme un jeu avec le public et les codes de la représentation. Après le bonheur programmé (In Vitrine), l’inertie écologique (Obsolète) et la dictature de la réussite (Rater mieux, Rater encore), la bêtise est le thème de cette quatrième création. Les thèmes sociétaux abordés par le collectif ainsi qu’une volonté d’accessibilité et un humour décapant font que leurs spectacles sont souvent programmés en représentations scolaires. Ils refusent de se cantonner à un cloisonnement des publics et créent avec le même engagement spectacles tout public et spectacles pour enfants.

En janvier 2018, Rien de Spécial et la Cie Enervé décident de mutualiser leurs forces, en fusionnant les deux structures. Rien de Spécial asbl devient le socle de production des deux compagnies. Les collectifs continuent à tracer des lignes artistiques distinctes, tout en évoluant dans une direction commune. Les deux compagnies, ainsi associées, sont artistes-résidents pendant 5 ans au Théâtre Varia à Bruxelles.